Nouvelles Entrevue avec François Vaqué, vice-président relations publiques et affaires corporatives

Par Citoyen  |  Publié : 03/05/2019  |  Commentaires (0)
Imprimer  |  Envoyer par courriel


Il y a un an, le vice-président aux relations publiques et affaires corporatives, François Vaqué, faisait son entrée chez Citoyen afin d’y chapeauter la pratique corporative. Aujourd’hui entouré d’une équipe dynamique et de clients fidèles, François Vaqué fait le point sur l’avenir de cette spécialité au sein de l’agence.

La pratique corporative est-elle une nouvelle expertise chez Citoyen à Montréal?

François Vaqué : C’est un souffle nouveau dans la continuité. Citoyen, depuis ses débuts en 1981, a toujours été un joueur incontournable de la communication corporative. Nous avons au Québec une offre très équilibrée entre les pratiques de relations publiques marketing, les relations gouvernementales et ma pratique d’affaires publiques et corporatives. Mon objectif premier est la croissance de notre cabinet pour y attirer les meilleurs talents et les meilleurs clients.

La pratique corporative de Citoyen est-elle spécialisée?

FV : Nous offrons des conseils en communication, notamment en affaires corporatives. Nous ne serons jamais aussi spécialisés sur les industries que nos clients le sont. Nous sommes des professionnels des communications avec des expertises différentes. Nos services peuvent se moduler, tant pour une entreprise en démarrage que pour une multinationale. Dans les deux cas, les clients recherchent notre professionnalisme, notre connaissance du milieu ainsi que notre expertise communicationnelle pour les soutenir dans leurs démarches.

Comment votre parcours professionnel représente-t-il une valeur ajoutée pour l’offre de services de Citoyen?

FV : Dans la plupart des services professionnels, les gens commencent dans un cabinet, ils se forment, et éventuellement ils quittent leur poste pour traverser du côté client ou vivre d’autres expériences. Mon parcours est l’inverse. J’ai fait ma carrière dans le milieu corporatif et j’ai entretenu une relation client pendant 25 ans avec les cabinets de relations publiques. Cette expérience me donne une connaissance interne du milieu corporatif et me permet de comprendre ce que les clients aiment, ce qu’ils veulent et ce qu’ils ne veulent pas. Ma vision de l’équipe corporative de Citoyen est celle d’une extension des équipes de communications de nos clients. L’expertise que je pourrais ne pas avoir acquise parce que je ne suis pas un enfant des agences est largement comblée par l’expertise et le professionnalisme des gens qui m’entourent chez Citoyen.

Qu’est-ce qui est à surveiller dans la pratique corporative en relations publiques?

FV : La gestion de réputation et l’acceptabilité sociale. Les réputations se bâtissent encore avec le temps, mais se perdent en un clic. Le journalisme se transforme et les citoyens, dans leur individualité, peuvent devenir un média. Par ailleurs, les citoyens estiment qu’ils doivent être impliqués dans les décisions de la société. À cet effet, la responsabilité sociale d’entreprise et l’acceptabilité sociale représentent le deuxième aspect important à surveiller. Les entreprises doivent se doter d’experts en affaires corporatives pour être irréprochables sur ces deux points.

Comment le développement des affaires corporatives chez Citoyen a-t-il évolué depuis votre arrivée?

FV : J’ai maintenant une équipe complète au Québec et mon défi est de poursuivre sur cette lancée, de façon nationale. La collaboration avec les équipes de Stephen Smart à Vancouver, de Michael Macmillan à Toronto et la mienne au Québec nous permet de développer la pratique corporative à l’échelle canadienne au sein d’une organisation qui possède les mêmes valeurs.

Citoyen est une agence membre du réseau Citizen et du groupe Vision 7 International. Est-ce que l’équipe corporative de Citoyen est appelée à collaborer avec d’autres professionnels du groupe Vision 7?

FV : Le plus grand avantage est d’être un cabinet intégré qui peut desservir ses clients depuis Vancouver, Toronto, Québec et Montréal. Notre structure est entièrement collaborative et nous nous percevons comme un partenaire d’affaires de nos clients. Je suis un développeur dans l’âme, donc oui, on collabore, mais pas assez. On collabore beaucoup avec d’autres entités du groupe, dont Jungle, Cossette, K72 et parfois on partage même certains clients. C’est un avantage considérable que j’aimerais exploiter davantage.

À propos de l'auteur